RDC: le chaos règne dans le secteur forestier congolais (Greenpeace)

Dans un de ses rapports, l’Ong internationale de protection de la nature, Greenpeace Afrique, expose comment, de multiples manières, les sociétés d’exploitation forestière bafouent la loi congolaise. Des compagnies forestières contournent le moratoire sur les nouveaux permis d’exploitation industrielle par l’utilisation illégale des permis artisanaux, qui officiellement, ne doivent être utilisés que pour l’exploitation forestière à petite échelle.

Certaines entreprises ont continué leur exploitation après l’annulation de leurs permis, d’autres s’y mettent également sans aucun permis. Le moratoire sur les nouveaux permis d’exploitation industrielle en RDC est détourné et n’est pas respecté du tout.

Les exploitants forestiers, non des personnes physiques mais morales, obtiennent des titres d’exploitation artisanale pour en faire de la pure exploitation industrielle. Et des données sont quasi-inexistantes.

Greenpeace pense que les mesures prises par le Ministère de l’Environnement sur la suspension des permis artisanaux, sont encore insuffisantes puisque les permis illégaux continuent d’être utilisés. Et les exemples illustratifs sont légions, avec des sociétés exploitant dans les anciennes provinces de l’Equateur et du Bandundu, qui continuent d’exploiter le bois avec des permis illégaux.

Même les exploitants formels sont aussi concernés. A l’exemple de la société SODEFOR dans le territoire d’Oshwe (ex province du Bandundu) qui exploite du bois sur au moins 2 millions d’hectares, mais ne paye pas des taxes à l’Etat congolais, affirme Greenpeace.

Cette Ong pense que la lutte que mène le Ministère de l’Environnement est une bonne initiative, mais elle est loin d’assainir le terrain. Pour elle, le secteur forestier en RDC demeure complètement opaque et la règlementation sur l’exploitation artisanale est insuffisante.

En conséquence, Greenpeace recommande à l’Etat congolais de mettre un terme avec l’exploitation forestière illégale ; d’augmenter la transparence ; de renforcer les contrôles ; d’enquêter sur les données RVF (Régie des voies fluviales) et OCC (Office congolais de contrôle) ; la signature du décret sur les forêts des communautés locales ; de maintenir le moratoire sur les nouveaux permis d’exploitation forestière en RDC ; d’annuler les permis d’exploitation de certaines compagnies, etc.

«Les compagnies forestières, y compris des multinationales, bafouent systématiquement la loi congolaise, en toute impunité. Beaucoup sont impliquées dans le blanchiment du bois à grande échelle, ce qui prive le Gouvernement des recettes fiscales. L’exploitation forestière illégale a un impact direct sur des millions de citoyens congolais qui dépendent des forêts pour leur subsistance», estime Greenpeace qui soutient aussi que la mise en œuvre du cadre juridique de gestion des forêts congolaises est encore embryonnaire et sélective, et que le cadre de gestion des forêts en Rdc doit-être clarifié.

Pour Greenpeace Afrique, il est clair que la transformation du secteur forestier en RDC est nécessaire, pour assurer le développement durable. Pour ce faire, elle lance un appel au Gouvernement de la République pour qu’il renforce le moratoire actuel et annuler tous les permis illégaux actuels, intenter des poursuites contre les contrevenants, publier tous les contrats d’exploitation forestière, renforcer les mesures anti-corruption, et permettre aux communautés de gérer leurs forêts dans leur propre intérêt.

L’Ong note que le gouvernement de la RDC doit accorder la priorité à ses citoyens.

Bokulaka Baende

All for Human Dignity

Publié par Kavunga Jean Baptiste

est né le 13 Mars 1985 à Kabasha, un village situé à une quinzaine de kilomètres de la ville de Beni-pour Butembo (Nord-Kivu). Né des parents cultivateurs, j’accusé depuis mon enfance un amour des études. Je obtenu mon certificat d’études primaires en 2002 avant d’embrasser la section Chimie-Biologie dans laquelle je décroché mon diplôme d’État en 2007. Après mes études secondaires, Jean Baptiste Kavunga est parti faire la Technique de Maintenance Informatique et de Gestion de Base des données à l’Institut Supérieur d'Informatique, Programmation et Analyse (ISIPA). (à Kinshasa, en RDC) où je terminé mon cursus universitaire en obtenant un diplôme de graduat en Technique de Maintenance Informatique et de Gestion de Base des données en juillet 2010 avec mention distinction. De Janvier 2011-mai2012, Initiateur un entreprise des vente de fourniture Bureautique appel "El-hamar" Depuis octobre 2012 – Juin 2018 : Deuxième Secrétaire Administratif et en charge de recherches et investigation au sein de la Convention pour le Respect des Droits Humains, CRDH, ONG local de Défense, dénoncer les abus et de Vulgarisation des droits de l’homme, basée à Oïcha, en Territoire de Beni (Triangle de la Mort), dans la Province du Nord-Kivu, en RDC. Depuis Mars 2019 jusqu’aujourd’hui: Coordonnateur et charge de Lobbying au sein de l’ONG "All for Human Dignity" (AHD), d’où je travaille bénévolement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s